Philosophy

Réflexion basée sur le Traité des Trois Jours de la Lumière Invisible de Hugues de Saint-Victor (1096-1141) sur les évidences de l’existence de Dieu.

Si on médite sur les choses créées, on s’aperçoit que Dieu existe. Réfléchissons, donc, sur l’immensité, sur la beauté et sur l’utilité des choses créées.

Créer une chose minuscule à partir de rien demande une potence énorme. Ici, on ne parle pas d’une transformation, mais de vraiment créer quelque chose à partir de rien. Donc, créer une chose minuscule à partir de rien serait déjà très admirable, mais encore plus extraordinaire c’est de créer toutes choses, l’immensité de l’univers. Ce n’est pas possible que tout cela vienne de nulle part, il faut qu’il existe une cause première derrière tout cela.

L’immensité des choses créées manifeste la potence du Créateur, la beauté manifeste sa sagesse, et l’utilité manifeste sa bonté. On voit qu’il y a une harmonie parmi les choses créées. Pensons, par exemple, au soleil, à la pluie, aux arbres qui grandissent avec le soleil et la pluie, aux animaux et leur nourriture… On voit notamment une harmonie parmi les détails du corps humain : la peau, les os, le sang, les orgues… Puis, même dans une petite créature il y a tellement de détails, par exemple, les jambes d’une fourmi, les couleurs d’une abeille… Encore là, on voit que ce n’est pas possible que tout cela vienne de nulle part, il faut qu’il existe une intelligence derrière tout cela.

En plus de créer toutes choses, Dieu les maintient dans l’existence. C’est-à-dire, non pas seulement les choses ont été créées, mais elles continuent à exister. C’est Dieu qui les maintient dans l’existence. Donc, sans Lui, on ne pourrait pas continuer à exister.

Dans le traité de trois jours de la lumière invisible, Hugues de Saint-Victor nous invite à rechercher Dieu en considérant les choses créées.

Considérons donc à quel point les choses admirables de Dieu sont grandes et, par le moyen de la beauté des choses créées, recherchons le plus beau de tous, si admirable et si ineffable que toute beauté transitoire, même si elle est vraie, ne peut lui être comparée”.

Le psalmiste nous fait aussi une invitation à méditer sur les œuvres de Dieu.

Je me souviens des jours d’autrefois, je me redis toutes tes actions, sur l’œuvre de tes mains je médite” (Ps. 142, 5).

En plus des choses visibles, réfléchissons aussi sur les choses invisibles créées par Dieu. On perçoit notre propre existence, c’est-à-dire, on s’aperçoit que nous existons. On a un corps, mais on voit que l’on a aussi une raison qui, même si infuse et mixte avec la chair, est distincte de la chair. C’est-à-dire, on voit que notre raison n’est pas notre chair. Ainsi, on voit qu’il n’existe pas seulement les choses visibles, mais aussi les invisibles. On s’aperçoit que nous avons une âme invisible.

On sait que nous avons eu un début, que nous avons été créés. Donc, non pas seulement notre corps visible a eu un début, mais aussi notre âme invisible. Il n’est pas possible que l’invisible ait été créé à partir de la matière visible qui existait déjà. Comment pourrait une chose matérielle donner origine à une chose immatérielle ? Il faut qu’il ait une potence qui agit pour créer une chose immatérielle à partir de rien. Donc, Dieu a créé notre âme à partir de rien.

En plus de pouvoir s’apercevoir de la réalité des choses invisibles en méditant sur notre existence, les Saintes Écritures nous montrent aussi que l’invisible existe.

Depuis la création du monde, on peut voir avec l’intelligence, à travers les œuvres de Dieu, ce qui de lui est invisible : sa puissance éternelle et sa divinité. Ils n’ont donc pas d’excuse” (Rom. 1, 20).

Dieu est la première origine de toutes choses, donc Il ne fut pas créé, Il n’a pas eu de début ; Il a toujours existé. Il n’a pas de fin ; Il va toujours exister.

En méditant sur la Création, on peut aussi voir que Dieu est un seul, car l’harmonie qu’existe dans l’univers montre qu’il n’y a pas de division dans la présidence de la nature. Donc il n’y a qu’une source et qu’une origine. On voit aussi que Dieu est immuable, car il est omniprésent et tout-puissant. Dieu est partout, mais il n’est pas contenu dans l’univers, et Dieu est plus puissant que tous, donc rien ne peut Lui changer.

Ce sont trois Personnes (le Père, le Fils et le Saint Esprit), mais un seul Dieu, car, malgré ce sont trois Personnes différentes, en ces trois Personnes il y a seulement une substance.

Dieu a créé toutes choses, visibles et invisibles, et il maintien toutes choses dans l’existence. Parmi toute la Création, Dieu nous a fait une place spéciale. Recherchons, donc, par la méditation des choses créées et en particulier de notre propre existence, le bon Dieu qui nous aime tellement.

Enfin, rappelons-nous que Dieu est juste et bon et qu’il nous laisse livres pour prendre des décisions. Est-ce que l’on va choisir de vivre par nous-même ? Ou est-ce que l’on va choisir d’accepter le Rédempteur et ainsi de vivre selon ses enseignements ? Dans le traité des trois jours de la lumière invisible, Hugues de Saint-Victor nous propose cette réflexion :

Ô homme, qu’est-ce qui a causé votre ignorance ? Voici que votre nature même vous accuse et vous condamne. Vous saviez qui vous êtes, d’où vous venez, quel Créateur vous avez, quel médiateur vous avez besoin, mais vous criez encore contre Dieu pour votre défense. Vous saviez que vous êtes mal, et que vous n’avez pas été fait mal par un bon Créateur, et vous ne criez pas à celui qui vous a fait pour venir et vous refaire, pour vous racheter. Ne doutez pas de sa puissance, mais contemplez ses œuvres, si nombreuses. Ne doutez pas de sa sagesse, mais contemplez ses œuvres, si belles. Ne doutez pas de sa bienveillance, mais contemplez ses œuvres, tellement utiles à vous. Voici qu’il vous montre par ses œuvres tellement il est puissant dans votre rédemption. Il vous montre aussi quel juge sérieux vous devrez attendre si vous ne voulez pas l’accepter comme Rédempteur. Personne ne peut lui résister, car il est tout-puissant ; personne ne pourra lui échapper, car il est parfaitement sage ; personne ne peut le corrompre, car il est le meilleur ; personne ne pourra se cacher de lui, car il est partout ; personne ne peut le tolérer, car il est éternel ; personne ne pourra le plier, car il est immuable. Donc, si nous ne voulons pas l’avoir comme juge, cherchons-lui comme Rédempteur.